Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Art et Critique. Revue littéraire, dramatique, musicale et artistique ». Une revue laboratoire ?

Simona Montini

Résumé

Fondée par le dramaturge et théoricien Jean Jullien en juin 1889, la revue se présente comme « terrain neutre » de confrontation, au service de différents arts et de différentes esthétiques. Sa structure est établie autour de rubriques fixes et de chroniques spécialisées. Ses collaborateurs, nombreux et souvent cachés sous des pseudonymes, ne se rassemblent pas autour d’une ligne éditoriale unique. Si les discordances sur un même sujet sont fréquentes, en revanche il se dégage un véritable consensus contre le mercantilisme et en faveur de l’esprit de rénovation. La place dédiée au théâtre est remarquable et la réflexion se porte sur plusieurs aspects de l’événement théâtral. Au-delà des scènes traditionnelles, ce sont les théâtres « à côté » et les genres mineurs (féerie, pantomime, théâtre des marionnettes) qui retiennent l’attention des rédacteurs. Le souci d’indépendance de la revue et son caractère éclectique en font un espace de débat, un laboratoire d’une nouvelle critique militante qui accompagne le mouvement théâtral, sans devenir pour autant l’instrument de promotion d’aucun projet théâtral particulier.

Abstract :

Founded in June 1889 by playwright and theorist Jean Jullien, the publication is a neutral confrontation ground between various arts and aesthetics. It is structured in regular sections and specialized topics. Contributors, often hiding behind pseudonyms, are numerous, as are points of view and editorial choices. Although discordant opinions are frequent, voices rise unanimous against mercantilism and in favour of innovation. Theatre has a remarkable position, with great attention to several aspects of the theatrical event. Besides traditional theatre, authors are particularly interested in “minor” genres, such as féerie, pantomime, and marionettes. Through its constant search for independence and its eclectic nature, the review becomes a fertile debate ground, a laboratory for a new, militant critic that, without focusing on any particular project, follows the theatrical movements.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page