Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Carmelo Bene : fragments, dissonances et résonances avec l’avant-garde musicale italienne

Giordano Ferrari

Résumé

La question de la musique dans l’art de C.B. se pose comme un sujet central. C’est à C.B. lui-même à rendre explicites les raisons de cette attention vers la musique dans un entretien donné à l’occasion d’une exécution du Manfred de Schumann, à l’Accademia de Santa Cecilia à Rome, où il cite les vers de l’œdipe de Sophocle traduit par Pasolini : « Il ne peut plus parler, mais chanter avec des mots incompréhensibles », et il commente : « C’est de la musique. Tous les grands musiciens ont été des poètes dégénérés, c’est-à-dire qui ont déstabilisé le genre pour en sortir ».


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page