Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Carmelo Bene, ultime dandy : équivoquer, falsifier comme une expression de l’art

Beatrice Barbalato

Résumé

La contrefaçon a été un manifeste, une ligne de conduite intentionnelle et défendue, qui a historiquement caractérisé une partie significative et considérable des manifestations culturelles à partir de la fin du XIXe siècle.

C’est surtout dans l’idée de l’originalité du faux, c’est-à-dire de ne pas vouloir distinguer l’original de la copie, les épigones des éponymes, qu’on peut inscrire l’œuvre de Carmelo Bene. Une idée qui remonte à l’apparaître comme être, déjà postulée par le plus prestigieux épigone du dandysme du XIXe siècle, Oscar Wilde. Un auteur de référence pour C.B., dont il a (re)travaillé d’une manière nouvelle et créative la Salomé. Comme Wilde, C.B. nie et consomme ses propres pères, dans une espèce d’autophagie.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page