Expositions Virtuelles

Molière à la Société d’histoire du théâtre
Inventaire des traces de Molière dans les archives la SHT

Présentation

La Société d’histoire du théâtre a ménagé dès ses débuts une place bien singulière à Molière, auteur comique et dramatique à la fois, baladin et homme de cour, divertissant et critique… il concentre l’ensemble des aspects du théâtre tel que un grand nombre d’animateurs du théâtre populaire l’entendent. Et ce sont ces voix, venues du Cartel puis portées par nombre d’acteurs du théâtre public, à commencer bien sûr par ceux de la Comédie-Française, que la Revue d’histoire du théâtre restitue dès sa création en 1948. Cette exposition inventorie l’intégralité des traces de la présence de l’acteur-auteur parmi les archives de la SHT, mais explore également les raisons qui expliqueraient pourquoi cette figure-là occupe une place si importante dans l’histoire du théâtre.

Éclats moliéresques

Molière crée en 1643 la compagnie de l’Illustre Théâtre, qui sillonne la province française jusqu’à sa faillite, en 1645. Molière fait alors un séjour en prison pour avoir cumulé trop de dettes. Après sa libération, il part en tournée dans le sud de la France avec sa troupe, et s’assure la protection de plusieurs seigneurs et souverains locaux.

En 1658 cependant, cet artiste populaire présente avec sa troupe Le Docteur amoureux à la cour de Louis XIV, face au Nicomède de Corneille ; ils remportent les faveurs du roi et une place à la salle du Petit-Bourbon, en alternance avec les Comédiens-Italiens. Bien que protégé par le roi, Molière essuie tout de même des critiques, auxquelles il répond par La critique de l’école des femmes et L’Impromptu de Versailles. Sa troupe devient en 1665 la troupe officielle du roi.

Affaibli par la censure et les critiques, Molière perd toutefois peu à peu la préférence de Louis XIV ; la troupe se détache progressivement du roi, du moins officiellement. En effet, à la mort de Molière, c’est bien grâce à Louis XIV que l’artiste peut recevoir une sépulture catholique et ainsi échapper à la fosse commune.

Gravures représentant des scène extraites du Bourgeois Gentilhomme, de George Dandin et de M. de Pourceaugnac, trois des comédies-ballets créées par Molière. SHT : boîte R11 / 1 à 11

« Au théâtre, le peuple n’existe pas, ou bien nous sommes tous du peuple. Dans une salle, Shakespeare, Corneille, Racine, Molière, Musset créent une brève égalité entre les êtres, celle du rire et des larmes. Les larmes et le rire ne sont le privilège d’aucune classe. » (RAYMOND, Marcel, Le Jeu retrouvé, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943.)

Molière écrit des pièces où se mêlent les inspirations : comédie latine, perpétuée par les auteurs du XVIe siècle, comédie italienne, jeu théâtral inspiré de la commedia dell’arte, qui accorde une grande importance à la gestuelle du comédien.

Gravures représentant des scène extraites de L’Avare, L’École des femmes, L’Étourdi, Le Festin de Pierre, Le Misanthrope et Le Tartuffe. SHT : boîte R11 / 1 à 11 

Molière voyage

Au XIXe siècle, les pièces de Molière sont traduites en arabe, et se diffusent auprès d’artistes turcs, arabes, persans… entre autres grâce à leur caractère à la fois comique et critique. On le sait moins, mais le théâtre de Molière a été exporté dans les colonies. Par exemple, Claude Bourrin, ancien élève de Jacques Copeau – administrateur colonial, acteur et directeur de théâtres municipaux dans les colonies indochinoises entre 1927 et 1930 – tente d’exporter en Indochine le modèle du théâtre populaire tel qu’il se pratique en France. Se reporter, à ce sujet, à l’exposition virtuelle dédiée aux archives Claude Bourrin conservées par la Société d’Histoire du Théâtre.

« Claude Bourrin a réussi à faire entrer Molière à l’Opéra de Hanoï sans décevoir les différents publics » (Corinne Flicker, conférence L’Opéra de Hanoi dans le processus de modernisation du théâtre vietnamien au début du XXe siècle : Claude Bourrin, artiste, metteur en scène et directeur (1904-1930). Hanoi : 29 juin 2016).

Cliché de la représentation du Mariage Forcé à Hanoï. Décor de M. Claeys. De gauche à droite : Mme Bouault, M. Bourrin, Mlle Garel. Photographe inconnu.
Programmes du théâtre municipal de Hanoï en français et vietnamien. Hanoï, 11 novembre 1926

Molière et le jeu de l’acteur

« C’est Molière qui guidera les premiers pas de la jeune troupe, qui lui enseignera la règle du jeu, dans un art qu’elle pratiquera en n’ignorant rien des tendances modernes et tout en restant français, « presque classique » (RAYMOND, Marcel, Le Jeu retrouvé, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943.)

L’Amour médecin, mis en scène par Jacques Copeau. [Paris : Théâtre du Vieux-Colombier, s.d.]. Clichés de Geneviève Allemand. SHT : boîte R15 / 1

Dans le jeu moliéresque, le geste du comédien revêt une grande importance : c’est à l’esprit et à la gymnastique de la commedia dell’arte que Molière est attaché, et c’est à cette dimension que s’attache à son tour Jacques Copeau, deux siècles plus tard.

« Jacques Copeau fut le premier animateur de théâtre à comprendre que la moindre farce de Molière est dessinée comme un ballet, qu’elle est la formule la plus parfaite du théâtre et que, pour bien la rendre et pour le bien servir, il faut fondre harmonieusement l’élément gymnique et l’élément verbal » (RAYMOND, Marcel, Le Jeu retrouvé, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1943.)

Le Misanthrope, mis en scène par Jacques Copeau. De gauche à droite : Jacques Copeau (Alceste) et Louis Jouvet (Philinte). [Paris : Théâtre du Vieux-Colombier, 1965]. Cliché de Geneviève Allemand. SHT : boîte R15 / 1
Le Misanthrope, mis en scène par Jacques Copeau. [Paris : Théâtre du Vieux-Colombier, 1965]. Cliché de Geneviève Allemand. SHT : boîte R15 / 1

Dans le but de restituer au mieux ce théâtre « mobile », Copeau met l’accent sur la formation du comédien, et propose des techniques de jeu particulières ; par exemple, il encourage les comédiens à travailler le mouvement au ralenti, pour mieux le décomposer, le comprendre et le jouer.

 

MOLIÈRE ET L’HISTOIRE DU THÉÂTRE

Le moliérisme a tenu une place importante dans la Société d’histoire du théâtre. Raison pour laquelle elle dispose d’une grande diversité d’archives sur Molière : des objets, comme le fameux buste, mais également des gravures, des boîtes d’archive, des fichiers chronologiques, de nombreux documents en langues française et étrangères de la bibliothèque, des enregistrements et retranscriptions de l’émission de radio Prestige du théâtre

La SHT conserve aussi des boîtes d’archives de la Société Molière, une association active dans les années 1970 créée pour le tricentenaire de la mort de Molière, en 1973, sous la présidence de Pierre Dux.

 

 

Livres de la bibliothèque francophone

Les documents concernant Molière se trouvent dans les travées 19G à 18D.

 

Livres en langues étrangères

Consulter l’inventaire des livres en langues étrangères sur Molière

 

Prestiges du théâtre

La SHT a conservé trois CD audio de l’émission, ainsi que des volumes rassemblant le script de l’ensemble des émissions. Deux de ces volumes sont dédiés à Molière.

– Louis Jouvet. Molière. Le théâtre en voyage. 3 CD audio. Société d’Histoire du Théâtre, 1954. Textes de Léon Chancerel. Avec Louis Jouvet, Dominique Blanchar, Pierre Bertin.

Prestiges du théâtre. Molière. Saison 1949-1950. Série de 30 entretiens. Script des entretiens 1 à 12.

Prestiges du théâtre. Molière. Saison 1949-1950. Série de 30 entretiens. Script des entretiens 13 à 30.

Consulter le sommaire des scripts de l’émission Prestiges du théâtre

 

 

Revue d’Histoire du Théâtre

Vous pouvez également consulter en ligne les revues de la SHT consacrées à Molière.

1962, trimestre 1, n° 53 : Molière

1972, trimestre 4, n°96 : Molière (supplément à cent ans de recherches sur Molière)

1974, trimestre 1, n°101 : Actes des Journées internationales Molière – (UNESCO 1973) – Paris, 18-21 juin 1973 – Maison de l’Unesco – I

1974, trimestre 2, n°102 : Actes des Journées internationales Molière – (UNESCO 1973) – Paris, 18-21 juin 1973 – Maison de l’Unesco – II

1974, trimestre 3, n° 103 : Molière devant les idées reçues (Colloque de Nice 1973)

2014, trimestre 1, n°261 : Molière, es-tu là ? La nécromancie dramatique, dispositif critique au service d’une nouvelle institution (1777 – 1847). Martial Poirson.

2018, trimestre 3, n°279 : Présence dramatique du personnage comique dans les intermèdes musicaux des comédies-ballets burlesques de Molière. Lim Chae-Kwang, Georges Forestier

 

Boîtes d’archives

Onze boîtes d’archives rassemblent des documents concernant Molière, mais aussi des recherches, conférences, mises en scène, articles et dossiers réalisés à son sujet. Ces boîtes portent les cotes R11, R14 et R15.

Consulter l’inventaire des boîtes d’archives sur Molière

 

Gravures représentant des scène extraites des Fourberies de Scapin, L’École des maris et Le Médecin malgré lui. SHT : boîte R11 / 1 à 11

 

Fichiers chronologiques

Ces boîtes déroulent, fiche par fiche et année par année, les évènements de la vie de Molière et de son entourage.

– Chronologie Moliéresque I : 1595 à 1654

– Chronologie Moliéresque II : 1655 à 1661

– Chronologie Moliéresque III : 1662 à 1667

– Chronologie Moliéresque IV : 1668 à 1681

– Chronologie Moliéresque : Noms et villes

 

Présentation et inventaires réalisés par Cécile Gautier, relu par Léonor Delaunay

 Chargement des images en cours...