Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Jean-Marie Serreau, l’architecte d’un rêve théâtral aux couleurs d’Afrique

Sylvie Chalaye

Résumé

On reconnaît volontiers au metteur en scène d’avant-garde son génie de découvreur. Il a fait connaître Brecht, Beckett, Ionesco, Genet, Vinaver… Mais, il a aussi été un grand voyageur et a fait résonner les grands textes d’Aimé Césaire, Kateb Yacine, Bernard Dadié, René Depestre. Finalement, à ce titre, il semblait normal qu’il travaille avec des acteurs africains ou caribéens puisqu’il montait des textes venus d’autres horizons. Pourtant la relation de Jean-Marie Serreau aux acteurs noirs est, dès le début des années 1950 et l’aventure du Théâtre de Babylone, inscrite dans une dynamique qui s’attache au statut de l’acteur au cœur d’un théâtre nouveau et à sa vision particulière du jeu. Jean-Marie Serreau ne travaille pas sur l’incarnation, mais sur les images, et dès ses premières mises en scène de Brecht, il intègre des acteurs noirs à ses distributions. L’humanité n’est pas monochrome, et c’est bien ce qu’il travaillera à l’image d’un plateau arc-en-ciel tout au long des années 60, jusqu’au Printemps des bonnets rouges en 1973 au Théâtre de la Tempête, montant aussi bien Genet, Ionesco que Césaire ou Dadié avec des acteurs africains, antillais ou métis.

Abstract :

Jean-Marie Serreau is well-known as a vanguard stage director and as a discoverer. He brought Brecht, Beckett, Ionesco, Genet, Vinaver… to the attention of the public. But he was also a great traveller who gave a resonance to the texts of Aimé Césaire, Kateb Yacine, Bernard Dadié, René Depestre. Ultimately, it seems logic that he worked with African and Caribbean actors. However, from the early 1950s onwards and the adventure of Theatre Babylon, the Jean-Marie Serreau’s vision of black actors is above all about the actor’s status and play that was in the heart of a new theatre. Jean-Marie Serreau didn’t work on the incarnation but on the pictures. From its first play of Brecht, he directed black actors. Throughout the 1960s and until the Printemps des bonnets rouges in 1973 in Théâtre de la Tempête, he created Genet, Ionesco, Césaire or Dadié with African and Caribbean actors.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page