Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

L’année 1913 à la Comédie-Française, la fin d’une époque

Agathe Sanjuan

Résumé

L’année 1913 marque la fin du long mandat de Jules Claretie comme administrateur. La santé financière de l’établissement n’est pas mauvaise, la troupe est toujours brillante, mais le théâtre pâtit d’un certain retard sur le plan de la mise en scène et propose au public un répertoire peu audacieux. L’année est marquée par une fermeture de trois mois de la salle Richelieu pendant lesquels la troupe joue à l’Opéra-Comique et en tournée en France et à l’étranger. Sans se distinguer particulièrement des années qui la précèdent directement, l’année 1913 est assez caractéristique de l’époque Claretie par sa programmation et les affaires quotidiennes qui l’occupent. Elle referme surtout la parenthèse d’une époque où la Comédie s’intéresse peu à la mise en scène dans ses développements récents, notamment ceux prônés par Jacques Copeau dans son théâtre du Vieux-Colombier.

Abstract :

The year 1913 is marked by the end of the long mandate of Jules Claretie as a director. Financially, the situation of the theatre is good, the company is brilliant, but its conception of repertory and stage direction is backward. The theatre has to close its doors during three months, and thus, can play in the theatre of Comic Opera and make a tour through France et Europe. The year 1913 is not a particular year but is typical of the Claretie’s period, through theatre programming and courant affairs. It close this particular moment when Comedie-Française is not very interested in staging, especially in its recent development, such as Jacques Copeau and theatre of Vieux-Colombier.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page