Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

« Le totem de notre modernité politique » Conversation sur la genèse du spectacle Ça Ira (1) Fin de Louis

Martial Poirson

Résumé

Avec Saadia Bentaïeb, Marion Boudier, Isabelle Deffin, Guillaume Mazeau, Bogdan Zamfir.

Soucieux de rendre compte d’un processus de création encore en travail (à quelques semaines de la création au Théâtre de Bruxelles en septembre 2015), nous avons interrogé la compagnie Louis Brouillard au sujet de Ça Ira (1) Fin de Louis, écrit et mis en scène par Joël Pommerat.
Il s’agissait de comprendre comment le choix de la source d’inspiration de la pièce s’est porté sur la Révolution française, quel traitement théâtral a été mis en œuvre, dans la proximité avec le plateau et la recherche, et quels enjeux à la fois esthétiques et idéologiques un tel spectacle est susceptible de révéler pour notre temps, en s’appuyant sur les archives historiques et témoignages de la période. Pour ce projet, Joël Pommerat a associé à la dramaturge Marion Boudier un historien de la période, Guillaume Mazeau, qui consacre précisément une partie de ses recherches aux usages de l’histoire. Renouant avec un dispositif frontal qu’il avait délaissé, l’auteur et metteur en scène affiche une distribution ambitieuse de pas moins de 14 comédiens en scène et un spectacle choral de pas moins de quatre heures qui n’est pas sans rappeler les grands spectacles choraux autour de la Révolution française du TNP à Villeurbanne avec Roger Planchon, ou du Théâtre du Soleil à la Cartoucherie de Vincennes avec Ariane Mnouchkine. À ceci près que le rapport à l’Histoire y semble plus intérieur, plus intime, que dans ces spectacles devenus cultes tels que Bleu, blanc, rouge ou Les Libertins ou 1789 et 1793.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page