Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

L’érotisation massive des revues de cafés-concert à la Belle Époque

Livia Suquet

Résumé

Si dès le début du XIXe siècle les féeries, les pantomimes ou encore les tableaux vivants laissent transparaître un véritable goût pour l’érotisme, la Belle Époque est très certainement l’apogée de cette expression érotique, qui devient massive dans les cafés-concerts dès le Second Empire. En 1867, l’État concède en effet aux artistes de café-concert la possibilité de se costumer, d’installer des décors et de jouer la comédie en plus de chanter, et permet aux directeurs de cafés ou de brasseries de s’agrandir et de monter des spectacles de plus en plus coûteux[1].


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page