Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

« Paroles ne puent point ! » La performance de l’obscène dans la parade du XVIIIe siècle

Guy Spielmann

Résumé

Après qu’on eut longtemps voulu nier le côté obscur du « siècle des Lumières », celui-ci a fini par s’imposer aux chercheurs autant qu’au grand public, à qui l’on a révélé un grand nombre de textes sulfureux jadis confinés dans le secret de l’« Enfer » des bibliothèques ; mais le théâtre du XVIIIe siècle se trouve encore le plus généralement réduit aux comédies de Marivaux et de Beaumarchais, l’écho des recherches récentes sur le théâtre « de foire » et « de société » ne dépassant guère les cercles universitaires. Or, dans cet immense répertoire négligé, on trouve une forme dramatique particulièrement vilipendée par l’histoire théâtrale et littéraire, la parade[1], singulièrement propice à un examen approfondi de la notion d’obscène au théâtre.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page