Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Strip-tease Burlesque is Not Dead

Pierre Philippe-Meden

Résumé

Parmi les différentes formes de spectacles vivants où artistes amateurs et/ou professionnels jouent avec les signes explicites de la sexualité, de l’érotisme et de la pornographie, à l’image des happenings des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence[1], des opéras porno-sociaux de Jean-Louis Costes[2] et d’autres performances « postpornographiques[3] » ou « cyberesthésiques[4] », les spectacles du Cabaret New Burlesque fondé par Kitty Hartl en 2002 sont singuliers. Non seulement pour le succès de leur passage et de leur institutionnalisation des cabarets, night-clubs et peep-shows, aux scènes de théâtres français visibles et conventionnels[5], mais encore parce que de nombreuses compagnies françaises de strip-tease se définissent suivant l’esthétique de ces américaines rock’n’roll, canailles, impudiques, hypersexuées, décolorées, tatouées, emplumées, désirantes, frémissantes, caressantes, aux fesses rebondies et aux seins proéminents et joyeux[6].


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page