Actualités

Actualité Société d'Histoire du Théâtre

Appel à communications : L’avenir en jeu. Institutions et politique de la mémoire

L’avenir en jeu. Institutions et politique de la mémoire

Les proposition de communication sont à envoyer avant le 3 février 2020. Les informations relatives au congrès sont disponibles sur le site de la SIBMAS.
Le Comité exécutif de la SIBMAS et l’équipe organisatrice polonaise

33ème Congrès de la SIBMAS – Varsovie, 2-5 juin 2020

Être usager d’une bibliothèque, des archives ou d’un musée signifie nécessairement – qu’on le veuille ou non – pénétrer dans l’arène politique. Les institutions qui collectent, classent et diffusent les informations sur le passé participent avec force à cette construction culturelle de l’image que nous nous faisons de nous-même. Cela vaut également, bien entendu, pour les institutions qui s’occupent de théâtre et des arts performatifs.

« Le mot théâtre vient des Grecs. Il signifie « le lieu d’où l’on voit ». C’est le lieu où les gens viennent pour voir la vérité à propos de la vie et de la situation sociale. Le théâtre est une radiographie spirituelle et sociale de son temps. Il a été créé pour dire aux gens la vérité à propos de la vie et la situation sociale. » Stella Adler

Nombre de normes culturelles sont la manifestation d’une certaine hiérarchie, d’un système de valeurs implicites. Certains textes, genres, images, œuvres d’art, certaines voix sont privilégiés, tandis que les autres sont marginalisés, voire disparaissent complètement du champ de vision de la critique. Dans cette dynamique, les institutions ne sont pas simplement en position de passivité. Elles peuvent participer activement à façonner les règles selon lesquelles elles fonctionnent, initier un dialogue destiné à discuter, à commenter, à négocier aussi bien le processus que le contenu de ce que nous collectons et exposons. La façon dont les institutions gèrent et racontent l’histoire influence directement l’avenir qu’elles-mêmes participent à modeler. Les récits, les images et les œuvres d’arts du passé façonnent le vocabulaire culturel et la sensibilité de leurs destinataires. Une image du monde et des valeurs qui doivent être cultivées émane de ces choix que nous faisons lorsque nous documentons le passé.

Aujourd’hui, alors que nous sommes confrontés à la déstabilisation des fondements de la gouvernance démocratique et au risque de crises globales, nous devons porter notre attention sur la dimension politique de nos institutions. Les organisations qui portent la responsabilité de ces récits du passé doivent procéder à l’évaluation de leurs ressources, et assumer cette responsabilité au regard des choix qu’elles opèrent. C’est devenu un enjeu urgent et vital pour nous tous, professionnels chargés de préserver le patrimoine immatériel de l’histoire des arts de la performance, et nous interroge sur la façon dont nous pouvons collaborer pour préserver des sociétés ouvertes, et travailler à développer une vision pluraliste de la culture qui inclut les voix des exclus.

La 33ème Conférence de SIBMAS se consacrera donc aux questions suivantes :

  • Faits, émotions, récits – théories et pratiques du récit muséal.
  • Les musées, les archives et les bibliothèques comme espace interactif et participatif – comment développer une relation avec les visiteurs et contribuer collectivement à une société ouverte ?
  • Promouvoir une collection – stratégies d’exposition et construction d’une identité – voire d’une image de marque – pour une bibliothèque ou un musée.
  • Les institutions patrimoniales théâtrales et les politiques de la mémoire – de quels récits avons-nous besoin, et à quoi servent-ils ?
  • Approches canoniques et alternatives des archives et de la bibliothèque.
  • Le corps et les archives – documenter ce qui est impossible à préserver.
  • Performer le passé / raviver le récit – sur la collaboration entre archives et artistes.
  • Politique, stratégies et normes en matière de pratiques performatives et théâtrales comme de leur préservation : quel impact ?
  • Écologie à la bibliothèque, aux archives et au musée – pratiques écologiques ; comment accomplir nos missions et contribuer à la sauvegarde de la planète.

L’écologie sera également au cœur des préoccupations du congrès, car aucune question n’est plus urgente dans le monde d’aujourd’hui. Nous souhaitons réfléchir à un index écologique de bonnes pratiques pour les institutions chargées de rechercher et de documenter le théâtre et les arts de la performance. Nous nous engageons également à organiser le 33e Congrès mondial SIBMAS dans le respect de l’environnement. Nous n’utiliserons pas de vaisselle jetable, nous proposerons des aliments écologiques et réduirons la consommation de papier. Nous espérons ainsi apprendre les uns des autres comment contribuer à un avenir meilleur.

Soumettre votre proposition

Les propositions pour la Conférence de Varsovie 2020 doivent prendre en considération l’un des sujets proposés et comprendre le titre de l’article, un résumé d’un maximum de 300 mots et une brève biographie de l’auteur. Il peut être soumis en anglais ou en français, mais veuillez noter que toutes les présentations à la conférence doivent être faites en anglais.
Le temps alloué pour chaque communication est de 20 minutes maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
La traduction simultanée anglais-français sera assurée dans l’auditorium principal, uniquement pour les présentations principales.
Toutes les communications seront annoncées en anglais et en français dans le programme de la conférence, puis publiées en anglais et en français dans les actes. En soumettant votre communication à la conférence, vous acceptez qu’elle soit publiée en anglais et en français.
03 février 2020 : Date limite de soumission des propositions de communication.
14 février 2020 : Notification d’acceptation.

La soumission des propositions se fait en ligne: Soumettre une proposition 

 

retour
haut de page