Archives de l’intime

Inventaire des archives intimes de Léon Chancerel

Parmi les archives de la SHT se trouvent un certain nombre de boites conservant des photographies réunies par Léon Chancerel. Leur inventaire permet de découvrir de nombreux clichés de spectacles mais aussi des photographies personnelles. Les albums-photos de Léon Chancerel, ainsi qu’une présentation de l’ensemble de ses journaux intimes et carnets de notes conservés par la Société d’Histoire du Théâtre sont présentés également dans cette section dédiée aux « archives de l’intime ».
De Paris à Toulouse en passant par la Bretagne, Léon Chancerel, comme les Comédiens Routiers ont ainsi laissé un héritage iconographique où se mêle images de spectacles, clichés intimes, photos de répétition ou de fabrique de masques ou de costumes. Un témoignage sensible de la vie théâtrale durant la première moitié du XXe siècle.

Ces archives intimes sont divisées en trois thématiques : les photographies de spectacles des Comédiens Routiers et du Théâtre de l’Oncle Sébastien, les photographies personnelles de Léon Chancerel, et les photographies correspondant à la période de l’Occupation.

Les albums photo de Léon Chancerel et une présentation de ses journaux intimes et carnets de notes conservés par la Société d’Histoire du Théâtre sont ensuite présentées dans cette section.

 

ARCHIVES PHOTOGRAPHIQUES DES SPECTACLES


Période : année 1929 ; années 1940 à 1963

Photographes et studios : H. Baranger, Félix Bonnet, G. Chaumel, Harcourt Paris, George Henri, Pierre Jamet, André Kertész, Marcel Lagrue & Cie, Boris Lipnitzki, Gérard Marinier, Y.M., Georges Nizier, , le Père Brandicourt, Royal Photo, Anatole Saderman, Roger Schall, Louis Silvestre.

Ces photographies nous permettent une approche différente des archives, à travers un point de vue purement visuel. Il est en effet plutôt rare que les spectacles soient immortalisés ; l’on conserve plus souvent des archives concernant la genèse, la production et la réception des spectacles de théâtre. Or, les clichés de ces représentations sont pourtant une matière précieuse, qui nous renseignent davantage encore sur l’esthétique, les techniques et les moyens théâtraux d’époques révolues.

D’autre part, ces clichés ne concernent pas uniquement les spectacles en eux-mêmes, mais également la vie théâtrale des Comédiens Routiers et du Théâtre de l’Oncle Sébastien. Coulisses, préparation, veillées, tournées ou encore rassemblements sont représentés de la manière la plus authentique possible à travers ces archives photographiques.

Consulter l’inventaire des photographies de spectacles du fonds Léon Chancerel

 

 

ARCHIVES PHOTOGRAPHIQUES PERSONNELLES


Période : année 1897 ; années 1900 à 1972 ; 2002

Photographes et studios : Chambay Paris, G. Chaumel, Harcourt Paris, Yves Joly, Georges Rabault, Studio R. Reby, Studio L. Violle. Maryline Romain (pour les clichés de 2002). Un dessin de Maurice Melat.

Photos prises sur le vif et portrait posés, paysages et lieux de résidence, ces clichés nous permettent de retracer le parcours de Léon Chancerel et de son entourage.

Consulter l’inventaire des photographies personnelles du fonds Léon Chancerel

 

 

ARCHIVES PHOTOGRAPHIQUES PENDANT L’OCCUPATION


Période : années 1940 à 1943

Photographes et studios : Marcelle Braley, G. Chaumel, Docteur Poisson, C.D., Harcourt Paris, Provost Toulouse, R.P. Savey.

Il existe dans les archives photographiques de Léon Chancerel une chemise regroupant de nombreux clichés de spectacles créés entre les années 1940 et 1943. Nous avons donc choisi de les distinguer des photographies de spectacle inventoriées ci-dessus, afin de respecter le classement  de ces archives.

Consulter l’inventaire des photographies prises pendant l’Occupation

 

 

ALBUMS PHOTO DE LÉON CHANCEREL


En plus des boîtes de photographies, Léon Chancerel a rempli tout au long de sa vie un grand nombre d’albums de photographies, conservés à la Société d’Histoire du Théâtre. Il est alors possible de retracer le parcours et les différents chantiers de Léon Chancerel, à travers ces documents datés et le plus souvent classés chronologiquement.

Album brun petit format, sans titre. Gouville, Le Pouldu : hiver 1919 à août 1923.

 

Ces photographies, associées aux clichés conservés dans les boîtes inventoriées ci-dessus, nous permettent de reconstituer des pans de la vie personnelle et théâtrale de Léon Chancerel à travers notamment ses lieux de résidence. Ainsi, l’on débute avec Bandol, Toulouse, Paris, Alençon, Doëlan, Bozines, ou encore Tulle dans les années 1900 à 1920.

Album vert à pression « 1914-1918 ». Toulon, Bandol, Paris, Rambouillet, Alençon : 1892 à 1918.
Album vert à pompom « 1917 ». Saint-Guénolé, Doëlan, Quimperlé, Paris : juil 1917 à oct 1917.
Album rouge « 1918 ». Bozines, Marseille, Brunoy, Tulle : mars 1918 à juil 1918.

 

Léon Chancerel manifeste également un grand attachement à la Bretagne ; il y dédie trois albums, qui regroupent des souvenirs de ses séjours à Pontru, Les Lecques, et tout particulièrement à Penmarc’h, dans le quartier de Saint-Guénolé et dans sa maison de Ker Bervet.

Album brun relié d’un cordon vert « 1921-1923. Juillet 1921 à Pontru. Les Lecques, mars 1921. Bretagne 1923 ». Pontru, Les Lecques : juil 1921 à 1923.
Album rouge « Saint-Guénolé. 1928-29-30-31 ». Saint-Guénolé, Notre-Dame-de-la-Joie : 1928 à 1931.
Album vert « Ker Bervet. 1931-1939 ». Ker Bervet : 1931 à 1939.

 

Une autre des régions que l’on retrouve énormément dans les archives de Léon Chancerel est la Bourgogne, avec le domaine de Morteuil ainsi que la commune de Demigny.

Album brun relié d’un cordon vert « Demigny-Morteuil 1924-1925 ». Demigny, Morteuil, Florence : 1924 à 1925.
Album rouge « 1923, 1926, 1927, 1930 ». Assise, Le Pouldu, Grasse, Port-Gros, Saint-Georges : mai 1923 à printemps 1930.

 

Il existe également un album dont le recto est constitué de photographies de Neuilly-sur-Seine, dans laquelle se trouvait pendant des années le studio des Comédiens Routiers. Le verso de cet album est quant à lui consacré au séjour de Chancerel à Colomiers, une commune située dans la banlieue de Toulouse, entre 1942 et 1945.

Grand album vert à pompom double utilisation : « Colomiers 1942-1945 » et au verso « Neuilly ». Colomiers : 1943 à 1945 ; Neuilly-sur-Seine, Clères : 1934 à 1936.

 

Cependant, certaines archives demeurent pour nous un mystère ; certains dates inscrites sur les albums ne correspondent pas aux clichés qui y sont rangés. Ce dernier album, ci-dessous, n’est ni daté ni localisé, et ne contient par ailleurs qu’une seule photographie.

Album brun petit format, sans titre. [s.l.] : [s.d.].

Consulter l’inventaire des albums photo de Léon Chancerel

 

 

JOURNAUX, CAHIERS & AGENDAS


Ces archives photographiques, qui nous plongent dans l’intimité de Léon Chancerel et de son entourage, ont initié une valorisation des archives de l’intime qui sont conservées à la Société d’Histoire du Théâtre. Ces archives sont un matériau particulier et délicat à exploiter ; tout comme nous avons soigneusement sélectionné les photographies que nous exposons, nous ne pouvons pas publier le contenu de nombreux carnets et journaux intimes.

Ces archives sont ainsi constituées des journaux intimes de Léon Chancerel, mais également de cahiers de notes, de registres de la Société d’Histoire du Théâtre et d’agendas.

Nous avons tout de même choisi de présenter les couvertures de ces carnets, ainsi que certaines pages consciencieusement choisies, qui ne contiennent donc aucune information délicate.

 

De belles archives…

Carnet de notes beige Scientia « 1921-1922-1923 ». [s.l.] : 15 oct [1921] à mars 1923.
Carnet de notes bleu Héraklès, sans titre. [s.l.] : 15 juin 1928 à [s.d.].
Carnet vert Patria « Août 1915 – Décembre 1916 ». Toulouse, Paris, Bandol : 6 août 1915 à 31 déc 1916.
Cahier de notes vert « Malherbe. Notes diverses ». Débute à Bazoches-sur-le-Betz : sept 1946 à [s.d.]. Première et quatrième de couverture.

Carnet noir « Janvier 1918 à Mai 1919 ». [s.l.] : janv 1918 à 1er mai 1919. Page de garde.
Carnet vert marbré jaune et brun « I – De fin Août 1927 à Décembre 1928. II – Janvier 1929 à Janvier 1930 ». [s.l.] : août 1927 à janv 1930. Page de garde.
Carnet de notes vert « Octobre 1938 à 1940 ». [s.l.] : oct 1938 à mai [1940]. Page de garde.
Carnet ocre « 1941-1944 ». Toulouse, Colomiers : déc 1940 à juin 1944. Page de garde.
Carnet marbré rouge et gris « 1944 Juillet à Noël 1945 ». Colomiers, Paris : juil 1944 à déc 1945. Page de garde.
Carnet vert marbré jaune et brun « 1946 – 1947 – 1948 – 1949 ». [s.l.] : janv 1946 à déc. 1949. Page de garde.

Carnet vert marbré jaune et brun « 1946 – 1947 – 1948 – 1949 ». Débute à Paris : sep 1923 à sept 1926.
Cahier brun à spirales « Journal. Fin juillet 1951. Décembre 1953 ». Débute à Casteljaloux : juil 1951 à déc 1953.
Carnet couverture orange « 1921 ». Les Lecques, Paris, Pontru, Brunoy : fév 1921 à oct 1921.
Carnet de notes marbré vert et noir, sans titre. Toulouse, Vichy, Paris : [s.d.]. Page de garde.

 

… qui sont parfois illustrées ou décorées de fleurs séchées…

Carnet ocre « Juillet 1912 – Janvier 1914 ». [s.l.] : juil 1912 à mars 1914. Première et quatrième de couverture.
Carnet beige avec une couronne de lauriers « 1914 (20 Juin – 2 Août) puis : 1917 (9 Février – fin Décembre) ». [s.l.] : juin 1914 à déc 1917. Deux pages intérieures.
Carnet de notes bleu, sans titre. [s.l.] : [s.d.]. Page intérieure.
Carnet bleu Royal Alpha « 1954-1955 ». [s.l.] : janv 1954 à juil 1955. Page intérieure.

Carnet bleu « 1919-1920-1921 ». [s.d.] : mai 1919 à janv 1921. Page de garde et page intérieure.

Carnet vert double utilisation : « Journal 1958-1961 » et au verso « Notes diverses ». [s.l.] : nov 1958 à juin 1963 (journal) ; [s.d.] à juin 1962 (notes). Page intérieure.

 

… mais qui ont été détériorées par le temps, ainsi que par une utilisation quotidienne, et une conservation parfois peu rigoureuse.

Carnet couverture rouge « 18/01/1930 > 1935-1936 ». [s.l.] : janv 1930 à nov [1936].
Carnet de notes bleu-vert, sans titre. [s.l.] : [s.d.].

 

Ce sont des carnets de travail également, avec des notes sur divers sujets d’étude :

Cahier de notes bleu à spirales Reliure Spirale®, sans titre. [s.l.] : juin 1965 à [s.d.]. Page intérieure.
Carnet de notes noir « Notes relatives à l’art du Théâtre – Bibliographie ». [s.l.] : [s.d.]. Page de garde et page intérieure.

Mais l’on trouve aussi un journal de bord des Comédiens Routiers…

Grand carnet marbré vert et bleu « Comédiens Routiers. 1931-1932 ». [s.l.] : oct 1931 à été 1932. Page de garde et page intérieure.

… ainsi que des registres de la Société d’Histoire du Théâtre, dans lesquels les comptes-rendus des assemblées générales de l’association ont été soigneusement rédigés :

Carnet couverture brun foncé « Registre n° 169641 de la Société d’Histoire du Théâtre ». [Paris] : nov 1947 à janv 1997. Page de garde et page intérieure.

Grand carnet marbré vert et noir « Société des Historiens du Théâtre ». [Paris] : oct 1947 à mai 1989. Page de garde et page intérieure.

Carnet vert Clairefontaine « A.T.E. Décembre 1957 à… ». [s.l.] : déc 1957 à nov 1958.
Cahier bleu à spirales Clairefontaine « S.M. Travail L.C. Relevé fichiers de la Société d’Histoire du Théâtre ». [Paris] : [s.d.].

Ci-dessous, les agendas personnels de Léon Chancerel, des années 1958 à 1962.

Agenda 1958.
Agenda 1959.
Agenda 1961.
Agenda 1960. Double-page intérieure.
Agenda 1962.

 

Enfin, des manuscrits de pièces de théâtre écrites par Robert Chancerel, le père de Léon Chancerel.

Carnet marbré bleu et noir « Orchestre » et « Pièce de Robert Chancerel ». [s.l.] : [s.d.]. Page de garde et page intérieure.
Carnet marbré vert et noir « Pièce de Robert Chancerel ». [s.l.] : [s.d.]. Page de garde et page intérieure.
Carnet marbré rouge et brun « Pièces de M. Robert Chancerel ? ». [s.l.] : [s.d.]. Page de garde et page intérieure.

Consulter l’inventaire de ces documents

 

 

Présentation et inventaires réalisés par Cécile Gautier