Chantiers de Recherche

Couverture Chantier de Recherche

Une histoire du geste théâtral

À l’occasion de l’exposition L’Aventure du geste à la BnF sur le Théâtre du Mouvement, le présent appel à contributions propose d’appréhender le geste scénique dans une perspective historique, dans un contexte européen et sur une période débutant au XIXe siècle et pouvant se prolonger jusqu’à nos jours.

Appel à contributions

À l’occasion de l’exposition L’Aventure du geste à la BnF sur le Théâtre du Mouvement[1], le présent appel à contributions propose d’appréhender le geste scénique dans une perspective historique, dans un contexte européen et sur une période débutant au XIXe siècle et pouvant se prolonger jusqu’à nos jours.

L’importance du geste se trouve au cœur de nombreux traités de l’art de l’acteur, dès le siècle des Lumières, avec les Idées sur le geste et l’action théâtrale de Johann Jacob Engel, puis notamment chez François Delsarte qui, dans les années 1840, développe et théorise les pouvoirs expressifs des positions des membres du corps. Les travaux de Stanislavski sur les actions physiques, la biomécanique de Meyerhold, le mime corporel dramatique de Decroux, jusqu’aux partitions rythmiques et physiques d’Ariane Mnouchkine ou d’Eugenio Barba ou les expériences théâtrales actuelles qui laissent au mouvement et au geste une place primordiale (Aurélien Bory, Angelica Lidell…), nous narrent une histoire du geste en scène, sur laquelle nous nous proposons aujourd’hui de nous pencher plus attentivement. Il ne s’agira pas de circonscrire le propos au seul théâtre du geste[2], mais d’examiner le geste théâtral dans sa diversité, qu’il côtoie ou non la parole, qu’il la libère, la soutienne ou la contredise, qu’il soit symbolique et/ou performatif.

Le geste étant associé à la maîtrise d’une technique de jeu, à une expressivité individuelle et à une ouverture créative, la place de la pédagogie, de la formation et de la transmission occupent une place importante dans cette histoire à multiples facettes. Les différentes entreprises pédagogiques (celles par exemple de Delsarte, Decroux, Copeau, Chancerel, Barba…) pourront être abordées, permettant aussi de penser l’apprentissage en direction des amateurs, et les dimensions socio-éducatives de ces écoles du mouvement.

Dans le prolongement de colloques portant sur le geste[3] ou d’études récentes sur l’art de l’acteur[4], nous souhaitons appréhender ainsi la richesse du geste scénique et ses interactions avec d’autres arts, danse, cirque, arts plastiques ou photographiques, ainsi qu’entreprendre une généalogie de certains gestes marquants.

Les axes/thèmes suivants pourraient être explorés :

Le geste de l’acteur au croisement de l’usuel et du virtuose

Le geste dans un théâtre chorégraphique ou physique

Le geste traité au croisement des arts vivants et des arts plastiques

Histoire sociale du geste

Le geste de théâtre photographié

Généalogie des gestes

Les écoles du geste au théâtre

Pédagogies du geste

 

Comité scientifique (en cours) : Ariane Martinez, Véronique Muscianisi, Yves Marc, Joël Huthwohl, Anne Pellois, Marie Glon

[1] Exposition Théâtre du Mouvement. L’aventure du geste à la Galerie des donateurs, du 13 juin au 27 août 2017, commissaire d’exposition Jean-Baptiste Raze.

[2] Jacques Lecoq (sld), Le Théâtre du geste, Paris, Bordas, 1987.

[3] Notamment « Gestes ordinaires dans les arts du spectacle vivant », sous la direction d’Ariane Martinez, les 27-28 juillet 2016 à l’Odyssée de Périgueux dans le cadre du Festival international Mimos.

[4] Notamment : Guy Freixe, La Filiation Copeau-Lecoq-Mnouchkine : une lignée du jeu de l’acteur, Lavérune, L’Entretemps, « Les voies de l’acteur », 2014, « Le jeu de l’acteur de mélodrame » dirigé par Roxane Martin, Revue d’Histoire du Théâtre n°274, avril-juin 2017.

Bandeau et image de couverture extraites de Alfred Giraudet, Mimique : physionomie et gestes, méthode pratique, d’après le système de F. Delsarte, pour servir à l’expression des sentiments, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1895.

 

retour
haut de page