La bibliothèque de la Société d’Histoire du Théâtre

Présentation de la bibliothèque

Le fonds de la bibliothèque de la Société d’Histoire du Théâtre est constitué de livres de non-fiction : essais, biographies, thèses, théories, analyses etc. La majeure partie des documents viennent de la collection personnelle de Léon Chancerel, mais la bibliothèque peut également être constituée de dons, comme celui de Jean-Jacques Nattiez par exemple.

 

 

La bibliothèque se trouve au sous-sol des bureaux de la Société d’Histoire du Théâtre. Les ouvrages, disponibles à la consultation sur rendez-vous, sont classés par thématique et suivant un ordre chronologique.

 

|    20G    |

 

De Bloch à Ubersfeld en passant par Jamani et Scherer, la section 20G de la bibliothèque de la Société d’Histoire du Théâtre regroupe des ouvrages généraux théoriques qui balaient le domaine du théâtre, sans s’attacher à une périodicité particulière. L’on y trouve également des documents sur l’Histoire du Théâtre en langue étrangère. Dans cette section se trouvent enfin les ouvrages de la collection Prestiges du théâtre, ainsi que des manuscrits de pièces de théâtre.

 

|    19D    |

 

Cette section contient une partie des ouvrages généraux, suite du fonds conservé en 20G. L’on y trouve également des ouvrages sur l’Antiquité grecque et latine, en particulier sur les auteurs qui se sont illustrés durant cette période : Eschyle, Aristophane, Euripide, Sénèque, Sophocle, Plaute etc. Le Moyen Âge y a également sa place, avec des ouvrages concernant la farce et la dramaturgie médiévales, pour beaucoup écrits par Gustave Cohen. La Renaissance y est aussi représentée à travers notamment des ouvrages d’Antoine Adam, Van Tieghem ou encore Tristan. Enfin, le fonds du XVIIe siècle y débute, avec des titres de Jasinski ou Scherer par exemple.

 

 

|    19G    |

 

La section 19G regroupe les documents du XVIIe siècle également, à travers un fonds dédié à Molière (sa vie, le théâtre à son époque, son Œuvre… dans des ouvrages écrits entre autres par Arnavon, Dandrey ou Brisson). L’on y trouve aussi quelques étagères dédiées à Pierre Corneille : analyses et regards sur ses pièces, sa vie, son époque etc.

 

|    18D    |

 

Le XVIIe siècle se termine dans cette section, avec quelques ouvrages sur Molière à nouveau, ainsi que sur Jean Racine, décrypté et expliqué par Brisson, Descotes, Giraudoux et encore Jasinski. À la suite de celui-ci se trouve donc tout naturellement le fonds du XVIIIe siècle : le jeu, les genres et l’écriture au temps du théâtre des Lumières, de nombreux ouvrages sur Beaumarchais, Goldoni ou encore Marivaux y ont leur place.

 

|    18G    |

 

Le XVIIIe siècle s’y poursuit, avec Marivaux à nouveau, mais aussi Voltaire, Rousseau… Nous retrouvons ensuite le XIXe siècle, avec des ouvrages de Barbey d’Aurevilly, Jean-Marie Thomasseau ou encore René Peter. Cette section est l’une des rares à contenir quelques ouvrages de répertoire, c’est-à-dire des textes de théâtre.

 

|    17D    |

 

Le XIXe siècle continue en 17D, avec des auteurs phares tels que Balzac, Becque, Courteline, Curel, Dumas Père et Dumas Fils, Feydeau, Hugo, Labiche, Musset, Nerval ou encore Rostand. L’on y trouve également des annales du XIXe siècle et la collection Théâtre d’Aujourd’hui. Débute ensuite le XXe siècle, avec de nombreux essais concernant l’Histoire du théâtre et ses évolutions modernes.

 

|    17G    |

 

Cette section comporte également des documents sur les auteurs du XXe siècle, ainsi qu’une partie de leur répertoire : Artaud, Adamov, Anouilh, Camus, Cocteau, Beckett, Gide, Giraudoux, Guitry, Ionesco, Jarry, Martin du Gard, Montherland et tant d’autres…

 

 

|    16D    |

 

Dans la section 16D de la bibliothèque de la Société d’Histoire du Théâtre se trouve un fonds concernant les fêtes, les liens entre le théâtre et l’Église, ainsi qu’avec l’État, le théâtre populaire et la décentralisation. Ce fonds côtoie également des ouvrages de – et sur – les grandes figures du théâtre du XXe siècle : André Antoine, Firmin Gémier, LugnéPoe, Pottecher, Barrault (ainsi qu’un grand nombre des Cahiers Renaud-Barrault), et bien évidemment Copeau et le Cartel des quatre : Baty, Dullin, Jouvet et Pitoëff. Enfin, cette section comporte également des thèses et des ouvrages concernant les metteurs en scène.

 

|    16G    |

 

L’on sort à présent du système chronologique pour retrouver des ouvrages thématiques : la vie théâtrale, avec des anecdotes, témoignages, critiques et mémoires (l’on y retrouve par exemple Brisson, Dumas Fils, Gautier, Ginistry, Kemp, Villiers …), la mise en scène, ainsi que de nombreuses biographies de comédiens et acteurs tels que La Duse, Dussane, Fleury ou encore Sara Bernhardt.

Photographie de la bibliothèque de la SHT, section « Vie théâtrale » (16G). Paris, [s.d.].

 

|    15D    |

 

L’avant-dernière section de cette partie de la bibliothèque regroupe des documents concernant la formation du comédien, les costumes, la scénographie, l’architecture et les décors, le mime, les personnages, les marionnettes, le théâtre d’ombres, les masques, et le maquillage.

 

|    15G    |

 

La bibliothèque théâtrale en langue française de la Société d’Histoire du Théâtre se termine dans cette section, avec la Comédie-Française, l’Odéon et les théâtres parisiens, les théâtres de province, le folklore, la chanson, le cabaret et le cirque, la musique, la danse, et l’opéra. La section 15G est donc en grande partie centrée sur les arts du spectacle dans leur globalité.

 

Ci-dessous, un schéma de cette partie de la bibliothèque de la SHT.

Plan de la bibliothèque théâtrale en langue française de la Société d’Histoire du Théâtre. Paris, avril 2018.

 

Sur les étagères les plus hautes de ces sections se trouve la bibliothèque personnelle de Léon Chancerel, qui regroupe de nombreux livres religieux, des romans, contes et poèmes pour la jeunesse ainsi que divers ouvrages et manuels qui ne correspondent pas au fonds théâtral du reste de la bibliothèque.

Bien qu’ayant été réorganisée et désherbée au fil des années, la bibliothèque conserve pourtant un système de classement parfois atypique ; c’est là toute l’authenticité des bibliothèques d’érudits. Une trace des ouvrages de ce fonds est conservée grâce au fichier Chancerel, ces boîtes remplies de fiches permettant le référencement des livres d’une bibliothèque, qui a par ailleurs fait l’objet d’une exposition virtuelle.

Fichier de Léon Chancerel