La Mission avec Jean-Baptiste Anoumon, Charlie Nelson, Stefan Konarske, Claude Duparfait © Elisabeth Carecchio

Revue d’Histoire du Théâtre • N°268 T4 2015

« L’homme dans l’ascenseur ». Un Cassandre dans La Mission de Heiner Müller 

Par Lisa Guez

Résumé

Un jour, l’autre viendra à ma rencontre, l’antipode, le double avec mon visage de neige. L’un de nous survivra.

Telles sont les dernières paroles prononcées par « l’homme dans l’ascenseur », personnage énigmatique qui intervient longuement au cœur de la pièce de Heiner Müller, La Mission, souvenir d’une révolution. Le passage, souvent monté à part, vient perturber la narration. C’est une pratique courante chez Heiner Müller qui élabore avant tout ses textes comme des déconstructions : « Mon impulsion fondamentale dans le travail est la destruction, déclare-t-il dans un célèbre entretien donné à M. Matussek. Casser aux autres leur jouet. Je crois à la nécessité d’impulsions négatives[1]. »

Vous n’avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre compte, vous abonner à la revue, ou acheter cet article ou ce numéro pour le visualiser dans son intégralité.

Société d'Histoire du Théâtre

Abonnement

L’abonnement annuel constitue le soutien essentiel aux activités éditoriales de la Société d’Histoire du Théâtre et à leur pérennité. Il inclut les envois papier, l’accès aux versions numériques et à nos archives.

S’abonner en ligne FORMULAIRE D’ABONNEMENT