Revue d'Historiographie du Théâtre

La Revue d'Historiographie du Théâtre

Présentation

Consacrée à l’histoire des arts du spectacle, la Revue d’Historiographie du Théâtre a plus particulièrement pour vocation à se pencher sur les manières dont elle se construit, sur sa mise en récit. Retour historiographique, étude des corpus, usage documentaire, réflexion épistémologique, le dessein de cette nouvelle plate-forme éditoriale est d’articuler les possibilités offertes par le numérique – enrichissement au fil de l’eau des dossiers, pluralité des documents, des archives et des supports (textes, audio, vidéo, objets et traces matérielles, iconographie…) – à l’enrichissement de l’histoire du théâtre, des méthodes, des objets, des pratiques et des notions qui la structurent.
 Cet espace éditorial appelle donc à dessiner une nouvelle géographie de la recherche théâtrale, à l’intérieur de laquelle dialoguent les différents lieux de la pratique (les scènes théâtrales, professionnelles comme amateures), de la recherche (les universités, les écoles, les laboratoires) et de la conservation (les bibliothèques et centres de ressources, les sociétés savantes). La mise en relation des différents acteurs de la recherche en histoire du théâtre devrait permettre de rendre compte et de construire une réflexion plurielle autour des méthodes, des pratiques et des notions qui structurent et animent l’histoire des arts du spectacle, mais aussi de faire entendre les voix de chercheurs venus de disciplines différentes – études théâtrales, histoire, sociologie, anthropologie, économie, sciences politiques… À l’instar de la Revue d’Histoire du Théâtre, elle se penche sur les notions, les définitions et les textes mais aussi sur les pratiques, les évolutions formelles et matérielles, ainsi que sur le dialogue qu’il noue avec les autres scènes artistiques.
 La démarche historienne y est réaffirmée, plaçant l’archive au cœur de nos travaux – le support numérique permettant là encore de questionner et de mener une réflexion au long cours sur les pratiques de l’archive, les enjeux de sa collecte, ses usages et les transformations qui la traversent.

Derniers Numéros

Revue d'Historiographie du Théâtre Numéro 5

Revue d'Historiographie du Théâtre • Numéro 5

Écrire l’histoire des spectacles avec des bases de données

Écrire l’histoire des spectacles avec des bases de données

L’histoire des spectacles recourt aux humanités numériques depuis plus de 30 ans – peut-être est-il temps de dresser un premier bilan de ces pratiques. À partir d’un questionnaire commun, les responsables de six bases de données partagent leurs réflexions et leurs expériences concrètes. Traitant à la fois de la numérisation des données, des modèles financements inadaptés, des difficultés de la publication numérique ou encore des nouveaux corpus et outils offerts à la communauté, les contributions rappellent les bénéfices et les défis du numérique pour la discipline et pour les études historiques…

Voir le Numéro
Revue d'Historiographie du Théâtre Numéro 4

Revue d'Historiographie du Théâtre • Numéro 4

Études théâtrales et humanités numériques

Réservées, encore hier, à un cercle étroit de littéraires possédant des connaissances de pointe en informatique, les humanités numériques deviennent de plus en plus accessibles à l’ensemble des chercheurs en littérature et arts du spectacle, grâce à la multiplication des ressources, à la simplification des outils et, surtout, au perfectionnement des techniques d’analyse qu’elles portent. L’édition numérique des textes patrimoniaux, la création de bases de données, la construction de visualisations à partir des informations encodées, extraites avec des procédés de data mining, produites par les troupes utilisant des carnets électroniques d’aide à la mise en scène et souvent des dispositifs…

Voir le Numéro
Revue d'Historiographie du Théâtre Numéro 3

Revue d'Historiographie du Théâtre • Numéro 3

L’idée d’un théâtre originaire dans la théorie et la pratique dramatiques

Qu’est-ce donc que le théâtre originaire ? un mythe ? un fantasme ? Du mythe, il partage le caractère narrativisable d’un récit des origines, la réapparition constante sous des formes et dans des versions différentes, la valeur fondatrice, et l’ambivalence par rapport à l’Histoire – mais non les invariants constitutifs, sans doute. Du fantasme, au sens que la psychanalyse a pu donner à ce terme, il possède le lien étroit avec l’imaginaire, la fonction critique, émancipatrice et créatrice et la souplesse à se voir investi des aspirations, voire des désirs, de ceux qui sans cesse le réinventent – pas toujours le rapport…

Voir le Numéro