Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 283

Revue d'Histoire du Théâtre • Numéro 283

La Photographie de scène en France. Art, document, média. Vol. 1 | Des origines à la Belle Époque

Dossier en deux volumes publiés dans le numéro 2019-3 (septembre 2019) et le numéro 2019-4 (décembre 2019) de la Revue d’histoire du théâtre
Version numérique février 2020

Coordination Arnaud Rykner

Volume I : Des origines à la Belle Époque. Construire un imaginaire

Saisir l’humain, dans la lumière, mais comme au seuil du réel, l’extraire de l’image, et faire apparaître ce qui sans le médium resterait invisible, sans doute est-ce le geste même qui unit théâtre et photographie, le continuum qui prolonge l’un dans l’autre, et rend possible l’improbable épiphanie. Certes, le miracle se produit rarement, sur scène comme sur le papier photographique. Mais un même effort rapproche les deux arts qu’on pourrait croire a priori antinomiques. Quelque chose apparaît dans la représentation théâtrale que l’acte photographique tente également de faire advenir ; quelque chose d’essentiel se joue, à l’articulation des deux pratiques, qui nous permet de mieux comprendre les enjeux et de l’une et de l’autre. C’est cette tension commune qu’il s’agit d’interroger ici, à la croisée de l’histoire du théâtre et de l’histoire de la photographie, de l’esthétique et des théories intermédiales, de la poétique et de l’archivistique, pour tenter de combler partiellement le manque actuel d’études documentées et illustrées consacrées à la photographie de scène en France.

Sommaire

Dossier

5
Arnaud Rykner
Introduction
Photographier la scène.
Le pari de l’impossible
11
Arnaud Rykner
Les débuts de la photographie de scène

Résumé :
Pratique à la fois technique et artistique qui relève autant d’une histoire du regard que d’une histoire des procédés optico-chimiques ou d’une histoire de l’éclairage artificiel, la photographie de scène a sa propre histoire. Elle a peut-être même sa préhistoire, si l’on prend en compte notamment les premiers montages photographiques de de La Blanchère pour ses portraits de Rachel ou les modelages d’Habert et Hennetier photographiés par Lamiche ou Marinier. Apparue en France avec un décalage certain notamment par rapport aux pays anglo-saxons, la photographie de spectacle prise dans des théâtres se développe en revanche rapidement à partir de 1890, notamment grâce à Paul Boyer. Bénéficiant d’une diffusion multiforme, elle se répand alors au point de devenir quasiment un objet du quotidien, non seulement dans les grandes villes, mais aussi dans les campagnes.

Abstract:
Simultaneously a technical and an artistic activity which has to do with a history of seeing as well as with the history of the optico-chemical processes or with the history of artificial lighting, theatrical (onstage) photography as nevertheless its own history. Maybe it has even a prehistory, if we think about the first photomontages by de La Blanchère portraying Rachel or Habert’s and Hennetier’s plaster casts, photographed by Lamiche or Marinier. Having appeared in France later than in other countries as the United Kingdom or the United States, theatrical photography taken in the theatres has however rapidly expanded after 1890, in particular through Paul Boyer’works. Taking advantages of a multiform diffusion, it spreads to the point that it almost became a daily object, not only in big cities but also in small villages.

83
Renzo Guardenti
Photographie de scène.
Fiabilité et théâtralité des images

Résumé :
Cet article aborde la question de la photographie théâtrale et en particulier de la photographie de scène à partir d’une double perspective : d’un côté en rappelant que le statut ambigu de la photographie risque de conditionner l’interprétation correcte des sources photographique des spectacles ; de l’autre, en mettant en évidence que la notion de théâtralité, qui est en fait à la base du dispositif photographique, peut aussi être appliquée à des sources photographiques qui ne proviennent pas du contexte de production théâtral, et nous oblige par conséquent à mettre en question la valeur testimoniale du document.

Abstract:
This paper deals with the question of theatrical photography, and in particular of stage photography, from a dual perspective. On the one hand, keeping in mind that the ambiguous status of photography may condition the correct interpretation of the iconographic sources of the show; on the other hand, by emphasizing that the notion of theatricality – itself at the base of the photographic device – may also be applied to photographic sources that do not derive from theatrical production contexts, which therefore drives us to question the testimonial value of the document.

97
Mireille Losco-Lena
Quand la photographie de scène masque l’innovation scénique.
Le cas du probléma­tique « réalisme photo­graphique » d’André Antoine

Résumé :
Les photographies de scène des spectacles d’André Antoine, au tournant 1900, ne peuvent pas être considérées sans précaution comme des témoignages de son travail de metteur en scène ; cet article vise à montrer qu’elles ont au contraire participé à en masquer ou à en gommer les aspects les plus novateurs. A travers l’analyse de quelques clichés et de leur confrontation à d’autres sources historiques (témoignages de spectateurs, cahiers de régie d’Antoine, notamment), il s’agit de montrer que ces photographies, qui obéissent à des contraintes techniques mais aussi à des modèles culturels et esthétiques qui leur sont propres, gomment tout particulièrement l’audace du travail du regard engagé par les mises en scène. L’idée, toujours très répandue dans les histoires du théâtre, que le naturalisme d’Antoine se définirait comme un « réalisme photographique » s’avère ainsi extrêmement problématique.

Abstract:
When stage photography masks innovative staging: the case of the problematic “photographic realism” of André Antoine
The stage photographs of performances directed by André Antoine, in the period around 1900, cannot simply be considered as reflections of his work as a director; this article seeks to show that, on the contrary, they have tended to mask or to tone down the most innovative aspects of this work. Through analysis of a number of these snapshots, and by confronting them with other historical sources (notably accounts from members of the audience, and Antoine’s stage-management notebooks), it would seem that the photographs, which were subject to technical constraints but also to their own specific cultural and aesthetic models, tend in particular to obscure the audacity of viewpoint inherent in the stagings. The idea, still widespread in histories of theatre, that Antoine’s naturalism can be defined as « photographic realism » thus proves to be extremely problematic.

111
Elisabeth Emery
L’Éclairage artificiel sur scène (1891-1914).
Henri Mairet, la « Nouvelle Photographie »

Résumé :
La photographie de scène est si répandue de nos jours qu’il est facile d’oublier la révolution que représentait la découverte des procédés de flash sans fumée à la fin du XIXe siècle. Nous examinerons dans cet article l’œuvre d’un pionnier de l’éclairage au magnésium—Henri Mairet (1850-1902) – considéré comme un des plus grands spécialistes du genre dans les années 1890. Photographe attitré de la Comédie Française et contributeur de nombreux périodiques comme La Revue illustrée, Le Monde illustré, Le Journal, Le Gaulois, Le Figaro illustré, et Le Théâtre, Mairet travaillait en étroite collaboration avec des artistes de théâtre et des journalistes afin de valoriser l’art de la mise en scène.

Abstract: Flash Photography on Stage (1891-1914) : Henri Mairet, his « Nouvelle Photographie », and the Promotion of French Mise-en-scène
Theatrical photography is so ubiquitous today that it is hard to imagine the radical promise early flash photography held for directors and audiences alike. This article examines the work of a forgotten pioneer of theatrical flash photography, Henri Mairet (1850-1902), who was considered a master of the genre in the 1890s. Affiliated with the Comédie Française and with illustrated periodicals such as La Revue illustrée, Le Monde illustré, Le Journal, Le Gaulois, Le Figaro illustré, and Théâtre, Mairet worked closely with directors and journalists alike to promote a new public appreciation of the artistic value of mise-en-scène.

131
Romain Piana
Entre suggestion, « tradition » et témoi­gnage.
Les photographies d’Occupe-toi d’Amélie ! ou le mystère du Prince masqué
145
Sophie Lucet
La Révolution dans les yeux.
À propos du 14 juillet de Rolland/Gémier

Résumé :
Le 14 Juillet de Romain Rolland, mis en scène par Firmin Gémier, au Théâtre de la Renaissance en avril 1902, a bénéficié d’une remarquable couverture photographique dans les deux grandes revues théâtrales illustrées de l’époque, Le Théâtre (dirigé par Manzi et Joyant), et L’Art du théâtre (dirigé par Charles Schmidt). L’étude comparée des deux dossiers consacrés au spectacle permet de mettre en évidence certaines particularités des programmes iconographiques mis en œuvre dans chacune des revues, révélateurs de positionnements critiques et esthétiques radicalement différents face à l’œuvre de Rolland et Gémier : dans la première dominent les clichés Larcher destinés à documenter le « grand spectacle » dans une approche plutôt générique et normalisante. La seconde, attachée à faire valoir le projet pionnier d’un « Théâtre du Peuple », propose un usage – moins hégémonique et plus varié à la fois – de la photographie de théâtre, inscrite ici dans le protocole discursif d’une démonstration militante.

Abstract:
The play, 14 Juillet (Fourteenth of July), written by Romain Rolland, and directed by Firmin Gémier, staged at the “Théâtre de la Renaissance” in April 1902, received a remarkable photographic coverage in the two major illustrated theatre magazines of the time, Le Théâtre (directed by Manzi and Joyant) and L’Art du théâtre (directed by Charles Schmidt). The comparative study of the two dossiers devoted to the show highlights certain particularities of the iconographic program implemented in each of the reviews, revealing radically different critical and aesthetic positioning in relation to Rolland and Gémier’s work: the first one shows several pictures made by the photograph Larcher’s and intended to document the « great show » in a rather generic and standardising approach. The second, aimed at promoting the pioneering project of a « People’s Theatre », proposes a less hegemonic and more varied use of theatre photographic pictures, which are included here in the discursive protocol of a militant demonstration.

Varia

161
Sandrine Siméon
Enregistrer et diffuser le répertoire théâtral.
Retour sur les relations d’interdépendance entre la Comédie-Française et les écrans

Résumé :
Cet article présente l’histoire des liens de la Comédie-Française avec les écrans, petits et grands, depuis son association avec Le Film d’art en 1908 jusqu’aux captations réalisées en public pour leur transmission simultanée dans les cinémas Pathé en 2017. Les revues de presse de la Bibliothèque Musée du théâtre et une interview avec Olivier Giel, délégué général à l’audiovisuel et aux productions extérieures de la Comédie-Française, constituent les principales sources de cette rétrospective. Sont également considérés les aléas budgétaires, l’instabilité des publics au gré des évolutions technologiques, ainsi que les stratégies sans cesse renouvelées de Giel pour maintenir la renommée et la visibilité de la Maison de Molière.

Abstract:
This article presents the history of the relationship between the Comédie-Française and the screens, both big and small, from the time of its association with Le Film d’art in 1908 until the public recordings of its performances for live broadcasting to Pathé cinemas in 2017. Press reviews from the theater’s archives and an interview with Olivier Giel, the general delegate for the audiovisual productions of the Comédie-Française, constitute the main sources of this retrospective. Budgetary constraints, shifting audiences as technology evolves, and Giel’s tireless strategies to maintain the reputation and visibility of Molière’s theater are also considered.

177
Recensions
182
Biographies des auteur•e•s
184
Actualités

Dossier

retour
haut de page