Revue d'Histoire du Théâtre

La Revue d'Histoire du Théâtre

Présentation

La Revue d’Histoire du Théâtre est une revue trimestrielle, créée en 1948 et soutenue par la Direction Générale de la Création Artistique (Ministère de la Culture) et la Bibliothèque nationale de France. Elle publie des textes inédits, s’attachant à transmettre l’histoire des arts du spectacle, du Moyen âge à nos jours.

Les numéros de la revue sont disponibles en version papier depuis 1948. À partir de 2011, il est possible de les acheter également en version numérique, par article ou par dossier.

Lire en accès libre les recensions d’ouvrages, revues, expositions portant sur l’histoire du théâtre : https://sht.asso.fr/recensions/

Derniers Numéros

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 291

Revue d'Histoire du Théâtre • Numéro 291

Sarah Kane. 20 ans après

Vingt ans après : sans doute ce recul était-il nécessaire pour prendre la mesure de la force d’interpellation du théâtre de Sarah Kane, de son iconoclasme et de sa clairvoyance. Le présent volume a été pensé à l’image de la dramaturge, engagée, questionnante et sans révérence, disparue en 1999 en laissant une œuvre plus dense encore que ne le fut sa fulgurante vie. Afin qu’elle ne soit trop tôt enterrée sous l’appellation de « modern classic », il importait d’interroger l’héritage vivant de son théâtre : à la fois ce qui en lui continue de résister aux classements, aux interprétations,…

Voir le Numéro
Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 290

Revue d'Histoire du Théâtre • Numéro 290

Jean-François Peyret. Penser au théâtre

Intensément producteur d’archives, le théâtre de Jean-François Peyret a conservé et accumulé depuis les années 1980 des documents de différentes natures.
Auteur, traducteur, pédagogue, son théâtre a côtoyé les œuvres de Montaigne, Heiner Müller, Hannah Arendt, Alan Turing, ou encore Sophie Kovaleskaïa, tout en cherchant à inventer des formes, à forger de nouvelles dramaturgies, notamment à travers l’usage des technologies et l’intégration de questionnements scientifiques.
Jean-François Peyret a accepté de nous livrer l’ensemble de ce fonds et de le mettre à la disposition d’une communauté de chercheurs et de chercheuses se livrant au jeu de l’archive : ils…

Voir le Numéro
Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 289

Revue d'Histoire du Théâtre • Numéro 289

Les théâtres parisiens sous l’Ancien Régime. Parcours transversaux

Le dossier propose une relecture des spectacles parisiens sous l’Ancien Régime à travers une réflexion sur le dépassement des périmètres institutionnels et esthétiques des théâtres. Aux cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, les différentes Scènes rentrent dans une dynamique à la fois de concurrence, d’émulation, et donc d’inévitable contamination, chacune puisant son inspiration dans le répertoire et les atouts majeurs de l’autre, qu’il s’agisse de la dramaturgie, de l’appareil scénique, de la musique ou du savoir-faire des interprètes. En interrogeant les espaces signifiants entre les théâtres, leurs connexions et leurs échanges, les articles se proposent de porter un nouveau…

Voir le Numéro
Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 288

Revue d'Histoire du Théâtre • Numéro 288

Paroles et écrits de l’acteur

Paroles et écrits de l'acteur

Entretiens menés par Marion Chénetier-Alev, avec Agnès Sourdillon – Bernard Waver, Claude Degliame, Didier Sandre, Dominique Reymond, Éric Ruf, Françoise Gillard, Claude Merlin

Les entretiens qui paraissent sous le titre Paroles et écrits de l’acteur sont nés de la question lancinante suscitée par le spectacle des comédiens en jeu : comment saisir l’écriture de ces acteurs, dont le style semble écrire une histoire au-delà des rôles qu’ils interprètent et des mises en scène qui les font entendre? Et quelle histoire composent-ils ?
Donner la parole aux acteurs eux-mêmes pour répondre à ces questions est…

Voir le Numéro

Hors-Série

Contorsion Histoire de la souplesse extrême en Occident, XIXe–XXIe siècles

Contorsion Histoire de la souplesse extrême en Occident, XIXe–XXIe siècles

Contribution à une histoire du corps à l’époque contemporaine, cet ouvrage explore la contorsion à la fois comme art acrobatique et comme geste sensible. Les figures de la souplesse, leurs noms et à leurs connotations ont varié au fil du temps. Ces évolutions sont révélatrices d’une mutation du regard sur les pratiques physiques en Occident, la contorsion ayant été tour à tour dénigrée, exaltée et investie comme lieu d’expérience. Au XIXe siècle, les numéros des «disloqués» consistent en des pantomimes animalières, interprétées majoritairement par des hommes, perçus comme des quasi-phénomènes. Dans les années 1920, le terme de « contorsionniste » se diffuse: il suppose une gestualité plus active et plus athlétique que celle des «désarticulés». Les numéros de portés se multiplient, en duo, en trio, parfois en groupe. Au milieu du XXe siècle, la contorsion se féminise, se dénude et s’érotise, signe d’une mutation anthropologique plus vaste : le sexe faible se transforme en sexe souple. Avec la libération des mœurs, la souplesse suscite un intérêt esthétique, commercial et social. Les contorsionnistes se frayent une place sur les scènes institutionnelles, dans les publicités, les défilés de mode, les émissions télévisées et les réseaux sociaux. Le modèle de la performance à outrance est critiqué au profit d’un désir de durer et de faire évoluer son art en préservant son corps, mais aussi d’une diffusion de la «souplesse pour tous». En jouant de leurs articulations, les contorsionnistes mettent en déroute nos usages sociaux et nos repères posturaux.

voir la page
Collection théâtre/archives

Collection théâtre/archives

Correspondances, notes de mise en scène, documents techniques, comptabilités, contrats, maquettes, photographie, croquis, dessins, brouillons, enregistrements sonores, film, captations, costumes, éléments de décors, programmes, journaux intimes, carnets, presse, revues, affiches ... Les cahiers de la Société d'histoire du théâtre explorent les archives pour ouvrir de nouveaux chantiers de réflexions

Voir le Cahier#1