Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Dialogues cosmologiques : Bernard-Marie Koltès et la révélation galiléenne. Du Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1632) à Dans la solitude des champs de coton (1986)

François Friche

Résumé

De manière générale, l’influence de la littérature du XVIIe siècle, dont Bernard-Marie Koltès s’est tantôt réclamé (principalement Shakespeare), tantôt démarqué (notamment le théâtre classique), a souvent été mise en avant pour comprendre son œuvre. Or le discours de la science naissante du début de notre modernité fait également partie de son univers. Cet article fait le point sur les liens méconnus et pourtant essentiels qu’entretient Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès (1986) avec le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde de Galilée (1632). Si les modalités de la révélation galiléenne semblent peu claires, son importance dans le texte de Koltès est plus évidente à plusieurs niveaux. La mise en parallèle de l’un et de l’autre laisse alors entrevoir un véritable dialogue cosmologique entre deux œuvres qui finissent par s’éclairer mutuellement.

Abstract :

In general, the influence of seventeenth century literature, that Bernard-Marie Koltès claimed to follow (especially Shakespeare) or to stray from (classical theatre for example), has often been emphasized to understand his work. Moreover the views of modern science are part of his universe as well. This article focuses on the undiscussed but fundamental links between Koltès’ Dans la solitude des champs de coton (1986) and Galileo’s Dialogue Concerning the Two Chief World Systems (1632). If the details of the Galilean revelation to Koltès seem to be unclear, its importance for his text is evident at different levels. Setting both works in parallel reveals a true cosmological dialogue between two works that eventually throw light on one another.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page