Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

« L’homme dans l’ascenseur ». Un Cassandre dans La Mission de Heiner Müller 

Lisa Guez

Résumé

Un jour, l’autre viendra à ma rencontre, l’antipode, le double avec mon visage de neige. L’un de nous survivra.

Telles sont les dernières paroles prononcées par « l’homme dans l’ascenseur », personnage énigmatique qui intervient longuement au cœur de la pièce de Heiner Müller, La Mission, souvenir d’une révolution. Le passage, souvent monté à part, vient perturber la narration. C’est une pratique courante chez Heiner Müller qui élabore avant tout ses textes comme des déconstructions : « Mon impulsion fondamentale dans le travail est la destruction, déclare-t-il dans un célèbre entretien donné à M. Matussek. Casser aux autres leur jouet. Je crois à la nécessité d’impulsions négatives[1]. »


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page