Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre No

Le personnage injouable. Quelques éléments pour une pensée du jeu à la fin du XIXe siècle

Anne Pellois

Résumé

Au panthéon des acteurs du tournant des XIXe et XXe siècles, Mounet-Sully et Sarah Bernhardt figurent en bonne place dans les registres tragiques et dramatiques. Tout au long d’une carrière d’une longévité exceptionnelle[1], ces monstres sacrés, derniers spécimens d’acteurs entièrement maîtres du plateau, sont unanimement salués dans leur art, voire élevés au-dessus du commun des mortels. Pourquoi alors aborder la question de l’injouable à partir d’acteurs à qui rien ne semble impossible, véritables maîtres du geste et de la voix, capables de tout jouer à force de génie ?


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre espace adhérent, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page