Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 276

« Je ne fais pas de la spéculation mais de la littérature » – Le théâtre romantique entre événement dramatique et monument commercial : L’exemple d’Alexandre Dumas

Amélie Calderone

Résumé

Théâtre et commerce. La dialectique explorée dans ce dossier diffère quelque peu de la perspective économique. Il s’agit de penser l’intrication entre le théâtre et la marchandise et d’explorer les différentes formes que peut prendre ce compagnonnage. Il place le phénomène théâtral au cœur d’un écosystème où la salle de spectacle est intégrée à une forme de cartel commercial (concessions, licences d’exploitation, régies commerciales), voisinant avec les mondes de la boutique et du café où se réunissent entre autres les cabales, alimentant un ensemble de métiers de proximité (marchands ambulants de fruits et légumes avariés, distributeurs de breuvages ou d’alcool) et consacrant la porosité entre la scène et la salle. La confusion politique et esthétique entre le théâtre et le commerce ne va pas de soi, elle a été durement, et à juste titre, attaquée par les réformateurs dès les années 1880. Sans occulter ce bruit de fond, la Revue d’Histoire du Théâtre prend le pari de penser la familiarité entre l’art du spectacle et l’art de la marchandise qui se déploie dans toutes ses ramifications au XIXe siècle.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre compte, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page