Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 292

L’économie mixte des compagnies dans le théâtre carioca

Manoel Silvestre Friques

Résumé

L’économie de la production théâtrale au Brésil est marquée, depuis les années 1930, par deux phénomènes tendant à des formes d’hybridation entre le domaine public et le domaine privé. L’interpénétration des deux sphères procède d’abord du « patrimonialisme », tôt diagnostiqué par le sociologue Sérgio Buarque de Holanda, qui incite la classe dirigeante à user des prérogatives de l’État au service d’intérêts personnels, pratique nettement prononcée sous le mandat du président actuel. Elle résulte aussi du recours à des systèmes d’incitation fiscale qui conduisent les pouvoirs publics à déléguer le jugement esthétique et l’octroi de subventions à des organismes de droit privé, dans un contexte néolibéral. La mixité et la variété des ressources dans l’« économie par projets » caractéristique du théâtre carioca, et la flexibilité que les artistes doivent accepter en conséquence, sont illustrées par l’exemple de la compagnie Aquela Cia à laquelle l’auteur collabore depuis sa fondation en 2005.

Mots clés : Économie du spectacle vivant, politiques culturelles, théâtre brésilien, socio-économie du théâtre

Since 1930’s, Brazilian’s performing arts’ economy has been characterized by two phenomena that lead to different forms of hybridization between the public and the private domains. The interpenetration of the two spheres proceeds, first of all, from “patrimonialism”, early diagnosed by the sociologist Sérgio Buarque de Holanda. “Patrimonialism” describes the ruling class’ use of the prerogatives of the State in the service of their personal interests, a practice clearly pronounced under the term of the actual Brazilian President. The interpenetration also results from the use of tax incentive systems that lead the public authorities to delegate the aesthetic judgment and the granting of subsidies to private organizations in a neoliberal context. The diversity and the variety of resources in the “project economy” characteristic of the Carioca Theater, and the labor flexibility that artists must accept as a result, are illustrated by the example of the Aquela Cia company, to which the author has collaborated since its foundation in 2005.

Key words : Brazilian theatre, performing arts’ economy, cultural policy, theatre’s socio-economics


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre compte, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page