Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 285

Les bonnets roses. Entre mythes et réalité précaire : le quotidien des ouvreuses de loges à Paris au XIXe siècle

Anne-Joëlle Fleury

Résumé

Figure pittoresque et typique, l’ouvreuse de loges demeure au XIXe siècle un personnage mal connu et mystérieux, parfois méprisé ou mal traité. Sa position, ainsi que ses prérogatives, entraînent parfois une réaction d’hostilité de la part du public, amplifié par le désir et l’espérance d’être bien placé, dans un monde du théâtre où être vu se révèle parfois plus important que de bien voir. Maîtresse du placement, l’ouvreuse tient entre ses mains un pouvoir que l’on a toujours du mal à lui reconnaître.


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre compte, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page