Revue d'Histoire du Théâtre

Revue d'Histoire du Théâtre Numéro 292

L’inter­pénétration des logiques de gestion entre les secteurs public et privé des arts de la scène

Emmanuel Wallon

Résumé

En trois volets – traitant successivement de la définition de l’intérêt public dans un univers de singularités, de la mesure de la « performance » dans les théâtres labellisés par l’État, enfin des formes de soutien accordées par les collectivités publiques au théâtre privé –, cette étude dresse le constat des différences entre les deux domaines du spectacle vivant qui se font face en France depuis la Libération, mais aussi le bilan des échanges qu’ils ont développés à la fin du xxe siècle et des convergences qui se dessinent entre eux, bon gré, mal gré, dans la période contemporaine. La concurrence que se livrent les deux modèles économiques recouvre certes des clivages idéologiques et des oppositions esthétiques alimentés par les acteurs de ces systèmes, mais elle se révèle en définitive moins féroce entre eux qu’elle ne l’est à l’intérieur de chacun, sur un marché des spectacles perméable aux logiques néolibérales.

Mots clés : Intérêt général, service public, théâtre public, théâtre privé, concurrence, performance, subvention, taxes, mécénat, financement participatif


Vous n'avez actuellement pas accès au contenu de cet article. Veuillez vous connecter à votre compte, vous abonner à la revue ou acheter cet article pour le visualiser dans son intégralité.

retour
haut de page